mardi 26 août 2014

Un nouveau projet : Les Poilus du Cher

  
   En cette année 2014 qui marque le centenaire du début de la Grande Guerre que la plupart des gens connaissent plutôt sous le nom de "première guerre mondiale", de nombreuses personnes proches ou non du milieu de la généalogie lancent des initiatives visant à rendre hommage à cette partie de l'histoire de notre beau pays qu'est la France et plus particulièrement à ceux qui se sont battus pour lui et que l'on surnommes : "les Poilus".   Elodie Dezat, Benoît Petit et François Frémeau, trois excellents généablogueurs qui ont pour point commun d'être originaires du Cher et/ou d'avoir des ancêtres au sein de leurs arbres généalogiques dans le département du Cher se lancent dans une belle aventure par le biais du blog : "Poilus du Cher" et dont le but est , je cite, "de recenser, autant que faire se peut, les "poilus" morts pour la France qui furent inscrits sur les monuments aux morts des communes du Cher." Une bien belle initiative qui, je l'espére, rencontrera le succés qu'elle mérite. Et vous savez quoi ? Ayant moi-même des ancêtres, comme vous le savez peut-être, dans ce département ( notamment à Genouilly et à Gracay ), j'ai décidé de me joindre à eux et d'apporter ma pierre à l'édifice en me concentrant, dans un premier temps, dés que je le pourrais, au canton de Gracay.
   Je vous invite donc à aller faire un tour sur ce blog et à les soutenir dans cette belle aventure qui démarre.

5 commentaires:

  1. Merci Gregory de te joindre à cette aventure et de la partager. A très bientôt. Benoît

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Benoît,
      C'est un plaisir que de participer à cette aventure et d'en faire la promotion (-;

      Supprimer
  2. Bonjour et merci pour votre engagement! Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sandrine,
      De rien, c'est toujours un plaisir que de pouvoir s'engager dans de si belles causes

      Supprimer
  3. Bienvenue dans cette aventure une peu folle ! Mais nous devons bien cela à nos poilus.

    RépondreSupprimer